La Faïence Révolutionnaire

Est appelée « faïence révolutionnaire » celle produite de 1789 à 1799 et dont le décor reprend les emblèmes et les événements de la Révolution. Ainsi, grâce à ces céramiques, nous possédons une version « racontée par les assiettes » des faits de la Révolution française.

Le contexte de la fabrication

Les principaux événements de 1789 se déroulent à Versailles et à Paris alors que les faïenceries sont situées, dans leur grande majorité, en province. Par conséquent, il existe un décalage entre les événements et les décors. Selon les recherches, il est fort probable que les premières faïences à décor révolutionnaire aient été réalisées durant l'automne 1789. L'apogée de la production est atteint dans les années 1790-1792, notamment pour les ateliers du centre de la France. Puis elle diminue progressivement jusqu'en 1794 pour s'adapter aux événements politiques et disparaît ensuite. La faïence devient, pendant les années révolutionnaires, un moyen de diffusion des nouvelles idées.

Les Conrade s'associent à d'autres artisans et emploient des potiers locaux1,2, ils ouvrent plusieurs faïenceries2. Ils obtiennent en 1603 le monopole de la fabrication de faïence pour trente ans1. De 6 au début de du XVIIe siècle2, le nombre d'ateliers à Nevers augmente progressivement atteignant 9 au milieu XVIIe siècle2 puis 12 vers le milieu du XVIIIe siècle3. À son apogée, l'activité faïencière occupa plus de 500 personnes4. Si la première période de la faïence de Nevers est artisanale, avec de pièces dans le style italien3,2, la fabrication des faïences s'industrialise à partir du milieu du XVIIe siècle, en même temps que le style des faïences évolue

Les manufactures de NEVERS ( au nombre de 12 à la révolution) en raison de l'importation massive des porcelaines de CHINE et de la découverte de la porcelaine dure à MEISSEN n'ayant plus ou beaucoup moins de commandes prestigieuses, se tournent pour des raisons commerciales vers une autre clientèle: le peuple, ( n'oublions pas que dans ce mot général s'y retrouvent les riches marchands, artisans, petits bourgeois etc.. pas seulement le pauvre paysan) ce qui amène la création de ces multiples décors: patronymiques, arbre d'amour, pont de Nevers, et tous les petits décors de la vie quotidienne plus accessibles.

SURTOUT et pour la première fois dans l'histoire de la céramique, on va représenter un évènement d'actualité tel qu'il s'était produit: l'envol de la montgolfière premier ballon monté avec comme "pilotes d'essai" Pilâtre de Rozier et le Marquis d'Arlandes de 21 novembre 1783, suivi huit jours après de l'envol du ballon à hydrogène avec à son bord les physiciens CHARLES ET ROBERT, et c'est surtout cette dernière ascension qui sera représentée . NEVERS s'empare déjà du "marché " et ses manufactures produiront la grande majorité de ce genre de décors.

Vers 1787 une autre clientèle est visée: les militaires et c'est alors la production de ce que l'on appelle les prérévolutionnaires avec des décors "aux trophées" ou "aux drapeaux" inspirés du décor de Moustiers qui commémorait la bataille de FONTENOY victoire de L.XV. La machine "journal sous émail" est lancée , puis 1789 ET l'annonce de la réunion des Trois Ordres à VERSAILLES, évènement considérable dont NEVERS s'empare tout de suite avec un premier décor inspiré par l'évènement, puis tout s'enchaine: la prise de la bastille etc..

C'est donc en toute logique que NEVERS qui "tient déjà " ce genre de marché de "populaires" va s'emparer de cette actualité et devenir leader et produire la grande majorité des décors.

12 FABRIQUES qui vont avoir trouvé le filon pour ne pas mourir. Les Nivernais n'étaient absolument pas plus révolutionnaires que d'autres, c'était juste une question commerciale et d'opportunisme qui leur a bien réussi

Si vous souhaitez visiter notre site veuillez cliquer Ici